Jeudi, pour la reprise après ces deux semaines d’arrêt de la Toussaint, nous baladerons dans la campagne tretsoise située en haute vallée de l’Arc, face à Sainte-Victoire et au pied du mont Olympe. Ponctué régulièrement de superbes points de vues, le sentier vigneron de Trets, très bel itinéraire en boucle, traverse des sites naturels et patrimoniaux ainsi que les vignobles aux couleurs d’automne en ce moment. Tout au long du parcours, nous comprendrons le travail réalisé sur l’année dans les vignes : travail du sol, taille, palissage, vendanges ainsi que l’utilisation de l’eau en Provence depuis les Romains à aujourd’hui. Des bornes indiquent les cépages caractéristiques de la Provence : Carignan, Grenache, Cinsault, Syrah… ainsi que les différents produits du terroir. Départ du parking du Complexe Sportif de La Gardi à Trets, avenue Marius Joly (avant l’oratoire et au bout de l’impasse qui longe le terrain de foot par la droite).

 

   

Participation : 1 ticket. Essai offert aux nouveaux.

 

Merci de répondre au plus tard la veille en m’indiquant votre lieu de RV :

 

  par MAIL : brigitte.cazeres@free.fr  

  ou par SMS sur mon portable : 06.20.53.01.69

 

 1er RV : 13h au Canet-de-Meyreuil sur le parking de l’Auberge Provençale (D7N route d’Aix). Se garer dans l’impasse après le restau.

Covoiturage à organiser.

D’Aix : 10mn, 8km par A8 vers Nice, sortie 32 (Fuveau) péage 1€. Au rond-point, à droite D7n vers Aix sur 50m. L’Auberge Provençale est sur la droite. Ou bien par Palette D7n : 15mn, 8km.

Le Canet > Trets : 25mn, 19,3km. (Frais A/R 4€).

 

2e RV : 13h30 à Trets sur le parking du ‘’Complexe Sportif de La Gardi’’, av. Marius Joly. Départ de la rando.

Suivre les panneaux depuis le supermarché Casino. Avant l’oratoire, tourner à droite dans l’impasse qui longe le terrain de foot.

– D’Aix : 30mn, 26km. (Frais covoiturage A/R 8€).

– De Puyricard : 40mn, 36km. RV à 12h50 sur le parking de la Salle des Fêtes, av. Jean Orsini. (Frais covoiturage A/R 10€).

– De Marseille : 45mn, 46,9km par A51 et D6.

– De la Fare-les-Oliviers : 45mn. 48,2km. Partir à 12h45.

 

Application GPS gratuite WAZE sur votre téléphone pour vos déplacements.  

Pour cette rando : Stade La Gardi, avenue Marius Joly, Trets

 

LE COIN DES ‘’SAVANTURIERS’’  

(La lecture nuit gravement à l’ignorance)

 

TRETS est une ancienne ville médiévale située dans la haute vallée de l’Arc, entre la montagne Sainte-Victoire, le Mont Aurélien et le Mont Olympe, à la limite du Var et des BdR. La commune se nomme en occitan provençal Tretz selon la norme classique ou Tres selon la norme mistralienne, ce qui signifie Trois en provençal (à l’image de son blason : 3 anémones hépatiques à 3 lobes).

C’est une petite ville dynamique, chef lieu de canton, de près de 11 000 habitants, à 250 m d’altitude. Trets a su conserver le charme et les traditions d’un village provençal.

En effet, sa centaine d’associations travaille tout au long de l’année pour perpétrer les nombreuses traditions provençales, comme la Saint-Jean ou la Saint-Eloi.

C’est à Trets, en 1914, que fut fondée la première cave coopérative du département. Le Cellier Lou Bassaquet, dont le nom rappelle la mise à sac ‘’Le Bassacagi de la vilo de Tres’’ par les armées de François 1er puis de Charles Quint en 1536, produit des AOP Côtes de Provence et des Côtes de Provence Sainte-Victoire. Il compte 540 ha de vignes qui s’étendent des contreforts du Mont Olympe aux restanques de Kirbon et regroupe 84 vignerons coopérateurs qui élaborent avec talent l’équivalent de quatre millions de bouteilles.

 

  

 

 – L’AOP Côtes de Provence Sainte-Victoire

Le vignoble des côtes de Provence Sainte-Victoire s’étend sur 2 000 ha entre le mont Ste-victoire et la chaîne de l’Aurélien. Trets fait partie des 9 communes comprises dans l’aire délimitée de cette appellation. Protégé au sud des influences maritimes par les barres rocheuses de la Ste-Baume et du Regagnas, ce vignoble vit dans un microclimat quasi continental. Les sols peu profonds sont formés de calcaire et de grès argileux. Les vignerons puisent dans l’originalité de ce terroir afin de produire des rosés fins et élégants, des rouges puissants et soyeux et des blancs vifs et aromatiques.

 

Couper n’est pas rosé :

Le Rosé n’est pas un vin issu du coupage de vin rouge et de vin blanc. Il est produit à partir de raisins rouges, mais contrairement au vin rouge, ils ne macèrent pas dans la cuve de vinification. Le rosé exige une grande maîtrise technologique…

Les dieux du vin : Bacchus, le plus connu, fait suite à Dionysos, dieu grec. Plus ancien, le Dieu Osiris (Egypte) est associé au vin. La déesse sumérienne Nammu vouait déjà un culte aux boissons fermentées dont le vin.

 

 – Le canal de Provence

L’Arc traverse le nord de la commune et le canal de Provence passe au pied du Mont Olympe.

Les plus anciens ouvrages de grande envergure remontent aux Romains qui ont laissé des monuments témoins de leur génie de bâtisseurs.

Depuis 1854, la Durance alimente le canal de Marseille qui fournit la moitié des besoins en eau de la ville.

Dès 1868, le Verdon est utilisé pour approvisionner la plaine d’Aix. Mais il faut attendre 1957 pour voir la création de la Société du Canal de Provence dont la mission est de contribuer au développement des territoires desservis, en garantissant la sécurité d’alimentation en eau pour tous et pour tous les usages.

Aujourd’hui, le canal de Provence comprend 200 km de canaux à ciel ouvert et galeries ainsi que 500 km de canalisations d’adduction et de distribution.

 – Le castrum Saint-Michel Xe siècle (ancien village de Trets)

   Château des Remparts

Il subsiste quelques vestiges des fortifications, ainsi que quelques pans de mur et contreforts de la chapelle.

En août 950, le Roi de Bourgogne-Provence, Conrad le Pacifique, accorde au Chevalier Arlulfe tous ses pouvoirs et droits de suzeraineté sur la Curtis Tresia (fief de Trets).

Afin de résister aux Sarrasins et protéger ses serfs, le 1er seigneur de Trets fait édifier, sur un mamelon en pleine forêt à mi-pente du mont Olympe, un castrum fortifié.

En février 1051, une chapelle, consacrée à l’archange Saint-Michel, sera construite au sommet de cette colline.

Au début du XIVe siècle, le castrum sera abandonné ; les habitants décidèrent d’agrandir le Trets actuel, plus bas dans la vallée, proche des terres cultivables et des voies commerciales prenant alors la décision de construire l’actuel château des Remparts.