cid:image017.gif@01D2C380.2A9984E0

Cette marche est tout simplement immanquable ! La piste au départ de l’école d’Art et d’Architecture de Luminy permet d’accéder rapidement au belvédère de Sugiton aussi nommé « la Tour d’Orient ». Mais nous prendrons à l’aller et au retour quelques bons sentiers peu fréquentés qui évitent la piste par endroits. Le belvédère perché à 245 m d’altitude dispose d’une table d’orientation et offre une vue imprenable. D’un côté, la calanque de Sugiton, le massif du Puget et la grande Candelle. Puis le Bec de l’Aigle et au loin l’île des Embiez. De l’autre, l’aiguille de Sugiton, le cap Morgiou et une vue plongeante sur la calanque de Morgiou.

‘’Où que le regard se porte, le spectacle est assuré !’’ (Patrick Bérhault ‘’Encordé mais libre’’).    

P1330386   P1330396   Belvédère de Sugiton et Cap Morgiou

Participation : 1 ticket. Essai gratuit pour les nouveaux.

Être à jour de sa cotisation annuelle pour pouvoir participer (40€).

Inscription obligatoire au plus tard la veille de la rando

et indication du RV choisi :  

  par MAIL : brigitte.cazeres@free.fr  

  ou par SMS : 06.20.53.01.69

 1er RV : 13h à TRETS sur le parking du supermarché Casino bd de l’Europe (D 6 vers St-Maximin).

Covoiturage à organiser.

 

 2e RV : 13h20 au CANET-de-MEYREUIL sur le parking de l’Auberge Provençale (D7n route d’Aix). Se garer dans l’impasse après le restau.  

J’y serai pour organiser le covoiturage.

Aix – Le Canet : 8 km, 10 mn par A8 Nice/Toulon, sortie 32 ‘Trets Rousset Fuveau’, péage 0,90 €. Au rond-point, à droite D7n vers Aix sur 50 m. L’Auberge Provençale est sur la droite, ou passer par Palette et suivre la D7n jusqu’au rd-pt du Canet-de-Meyreuil et revenir sur ses pas.

 

3e RV : 14h10 à LUMINY sur le parking devant l’Ecole d’Art et d’Architecture.

Départ de la rando à la barrière.

Pour cette rando, entrez : Avenue de Luminy, Marseille

LE COIN DES ‘’SAVANTURIERS’’

(La lecture nuit gravement à l’ignorance)

« Ce pays a une âme : c’est un lieu de rencontre, l’eau, la pierre verticale, le soleil, le ciel s’y retrouvent, et le vent, quand il en a envie. Dans ce temple de la nature, l’homme est toujours invité. »

Gaston Rébuffat

http://www.provence7.com/wp-content/uploads/2016/01/Le-redon.-Verlinden-670x446.jpg

v  Le Redon est un quartier-village dans le 9e arr. de Marseille.

Il est caractérisé par sa nature exceptionnelle et son enseignement de pointe.  

  • Parc National des Calanques (depuis 2012).
  • Pôle d’Enseignement Supérieur de Luminy.

Qu’est-ce que c’est, les Calanques ?

Le terme provençal ‘’calanques’’ désigne des anses bordées de pentes abruptes. Il est la fusion de deux mots.

Le vieux mot provençal calo signifie ‘’petite crique rocheuse’’ : il est lui-même issu d’une très ancienne racine méditerranéenne (kal) qui désigne des criques aussi bien en Corse qu’aux Baléares. Cette racine remonte à l’époque ligure et a servi en Provence à caractériser de nombreux lieux rocheux : de là proviennent les mots calade (route empierrée) et caler (immobiliser, à l’origine à l’aide d’une pierre).

Le suffixe anca, d’origine également ligure, indique une pente rapide : on le retrouve notamment dans le mot alpin avalanche.

v  PARC NATIONAL DES CALANQUES

10e du nom, le Parc national des Calanques a été créé le 18 avril 2012 par décret du Premier ministre. Au cœur de la métropole Aix-Marseille Provence, il est à la fois terrestre et marin : il est le seul en Europe à être péri-urbain et, en Méditerranée, le seul à être continental, insulaire et marin.

      http://www.calanques-parcnational.fr/sites/calanques-parcnational.fr/files/carre-sugiton.jpg   http://www.calanques-parcnational.fr/sites/calanques-parcnational.fr/files/styles/slide_750x500/public/veille-biologique-pncal-parc-national-calanques-marseille-cassis-la-ciotat.jpg?itok=fqBcCXzT   P1330445

Carte d’identité et chiffres clefs

  • Naissance du Parc national : 18 avril 2012 (signature du décret)
  • Situation : Bouches-du-Rhône (13)
  • Cœur terrestre : 8 500 ha, 3 communes (Marseille, Cassis et La Ciotat)
  • Cœur marin : 43 500 ha
  • Aire d’adhésion : 2 630 ha, 3 communes (Marseille, Cassis et La Penne-sur-Huveaune)
  • Aire maritime adjacente : 97 700 ha, 80 km de littoral
  • Point culminant: mont Carpiagne, 646 m
  • Point le plus profond : canyon de Cassidaigne, -2191 m
  • Biodiversité :

o    Environ 1 000 espèces végétales

o    210 espèces végétales patrimoniales

o    140 espèces terrestres animales et végétales protégées

o    60 espèces marines patrimoniales

o    48 espèces végétales protégées

  • Fréquentation globale : Entre 2 et 3 millions de visiteurs par an à terre et en mer

Le Parc national abrite par ailleurs trois monuments historiques classés, dont les grottes Cosquer, du figuier, du renard et de la triperie, un monument historique inscrit et un jardin remarquable : le parc du Mugel.

Concernant la grotte Cosquer, qui n’est plus accessible que par un boyau (aujourd’hui muré) immergé par -35 m de fond, les peintures rupestres qui y ont été découvertes prouvent que les hommes préhistoriques fréquentaient déjà le massif avant la remontée des eaux.

v  LE MASSIF DES CALANQUES

« Les Calanques, ce véritable jardin de pierres en bordure de mer. » Gaston Rébuffat  

Le massif des Calanques désigne les reliefs qui s’étendent au sud de la plaine de la Gineste, de Marseilleveyre à l’ouest, à la baie de Cassis à l’est. Au nord de la Gineste, c’est un autre massif, celui de Saint-Cyr-Carpiagne. Et, entre Cassis et La Ciotat, le massif de Canaille se distingue nettement des deux autres par sa nature géologique.

P1330370   Vue aérienne des calanques de Marseille © F. Launette

Point culminant : mont Puget, 563 m.

– Puget est le diminutif du mot provençal ‘’puech’’ (pey, puy) qui vient du latin ‘’podium’’ et désigne une éminence, un lieu élevé.  

– Sa ligne de crête évoque vaguement le profil d’un visage couché. Cette paréidolie (sorte d’illusion d’optique) est à l’origine d’une légende selon laquelle la montagne aurait été sculptée par le célèbre sculpteur de Louis XIV et architecte marseillais Pierre Puget (1620-1694).

Pour se rendre à Sugiton, il faut d’abord traverser une partie du domaine de Luminy, et sa belle pinède dont certains sujets sont plus que centenaires. Historiquement, Luminy et Sugiton appartenaient au même domaine forestier et agropastoral. Il en reste aujourd’hui la superbe bastide au cœur du campus, ainsi que les vestiges d’une bergerie au col de Sugiton. L’ensemble est dominé par le mont Puget, plus haut sommet du massif des Calanques.

 

SUGITON ET L’ÎLOT DU TORPILLEUR

  http://www.calanques-parcnational.fr/sites/calanques-parcnational.fr/files/styles/slide_750x500/public/2-lever_de_soleil_calanque_sugiton_torpilleur_maxime_berenger.jpg?itok=eoWldL0X  

Le belvédère de Sugiton se tient sur le site d’une ancienne vigie militaire dont l’emplacement a été choisi pour la vue dégagée qu’il offre sur la côte et le large. Aussi connu sous le nom évocateur de ‘’tour d’Orient’’, ‘’Sugiton’’ proviendrait du latin saxum, qui signifie ‘’rocher’’, et notamment ‘’rocher isolé’’. Culminant à 245 m, il offre l’une des plus belles vues sur le Parc national dans sa globalité, très représentative de ce que sont les Calanques.

Les murs en béton qui soutiennent la piste qui mène au belvédère de Sugiton, ainsi que la plateforme située à la fin de la route du feu, sont des constructions allemandes qui datent de la Seconde Guerre mondiale. Le but était pour les armées du 3e Reich de se ménager des points de vue, afin de surveiller la côte et ainsi d’empêcher un débarquement allié par la mer.

http://www.calanques-parcnational.fr/sites/calanques-parcnational.fr/files/styles/slide_750x500/public/calanques-cassis-panorama-cap-canaille-m-berenger-parc-national.jpg?itok=wqesJxSA   http://www.calanques-parcnational.fr/sites/calanques-parcnational.fr/files/styles/slide_750x500/public/1-calanque-de-port-miou-c-flaunette.jpg?itok=4MO10Gni

  • Contrairement à ce que l’on croit souvent, il n’y a qu’une seule calanque localisée sur la commune de Cassis ! C’est Port-Miou.  

v  LES FOURS A CHAUX

La chaux, qu’est-ce que c’est ?

La chaux est un matériau qui a de nombreuses applications, notamment dans la construction. Elle entrait aussi dans la fabrication de la soude et du savon marseillais, ce qui a entraîné un fort développement de son exploitation aux XVIIIe et XIXe siècles. Obtenue par calcination du calcaire, dans des fours alimentés par du bois ou des branchages de la garrigue, les Calanques étaient un territoire idéal à sa fabrication, offrant la matière première et le combustible.

Les différents fours dans les Calanques

Plusieurs modèles de fours ont coexisté. On distingue des fours permanents, construits en dur (tels ceux de la Barasse) et souvent associés à des carrières, et des fours temporaires. Ces derniers étaient creusés dans le sol et déplacés régulièrement suite à l’épuisement des ressources naturelles immédiatement disponibles. Maçonnés en pierres sèches et de forme circulaire, ces fours temporaires sont les plus répandus dans le Parc national des Calanques.

De nos jours, on redécouvre les avantages écologiques et économiques de l’emploi de la chaux dans le domaine de la construction. Elle remplace en effet à merveille le plâtre, le ciment des mortiers ou même les peintures vinyliques.

 

v  LA VIE UNIVERSITAIRE

     La Coupe de France de VTT XCO/XCE débute à Marseille, actualité vélo vtt   Campus de Luminy - Tarpin bien   cid:image023.jpg@01D4AC4F.36A73A70

Le Campus de Luminy est un site exceptionnel aux portes des Calanques où il fait bon vivre et travailler…

Luminy, c’est 1000 ha avec près de 15 000 Luminyens.


– 2 Facultés, 6 Grandes Ecoles et Instituts (plus de 10 000 étudiants)
– 32 Laboratoires de recherche CNRS, INSERM, Université, INRA, IRD, CEA (plus de 1 500 chercheurs, post docs étrangers, ingénieurs…)
– une pépinière et des entreprises de Haute Technologie
– un centre de formation et colloque (CIRM)
– des services et commerces
– des hébergements estudiantins (CROUS, Résid Etudes…)
– des installations sportives (Tennis, stades, piscines…), des chemins de randonnée, du calcaire pour l’escalade…