Randonnée initialement  prévue le 9 Juin, annulée pour cause d’interdiction d’accès aux massifs

 

cid:image012.gif@01D29040.85F183B0

 

Au départ du parking ‘’Visiteurs’’ de la charmante calanque de Niolon, située sur la commune du Rove à 20 km à l’ouest de Marseille, dans le massif de l’Estaque, nous partirons à l’assaut d’un fort napoléonien construit après la défaite française face à la Prusse. A 190 m d’altitude, la vue est saisissante sur la Côte Bleue, l’Estaque, Marseille blottie sous la garde de la ‘’Bonne Mère’’, l’archipel du Frioul, Marseilleveyre et même sur Sainte-Victoire. Circuit peu fréquenté et sans difficulté -hormis les 160 m de dénivelé pour monter au fort, à prendre cool-. Retour tranquille à Niolon sur de bons chemins à travers la garrigue. Le port de Niolon offre une petite plage où l’on peut se baigner et de très sympathiques bistros et restaurants où l’on est accueilli avé l’accent et le sourire propres aux gens du sud !

Participation : 1 ticket.  

Inscription obligatoire au plus tard la veille de la rando

et indication du RV choisi :  

 

  par MAIL : brigitte.cazeres@free.fr  

  ou par SMS : 06.20.53.01.69

 

 1er RV : 13h à Trets sur le parking du supermarché Casino bd de l’Europe (D6).

Covoiturage à organiser.

Trets > Niolon : 45 mn, 52 km par D6 et A55.

 

 2e RV : 13h15 au Canet-de-Meyreuil sur le parking de l’Auberge Provençale (D7N route d’Aix). Se garer dans l’impasse après le restau.  

J’y serai pour organiser le covoiturage.

D’Aix : 10 mn, 8 km par A8 vers Nice, sortie 32 (Fuveau) péage 1 €. Au rond-point, à droite D7n vers Aix sur 50 m. L’Auberge Provençale est sur la droite. Ou par Palette D7n : 15 mn, 8 km.

Le Canet > Niolon : 35 mn, 39 km par D6 et A55.

 

3e RV : 13h55 à Niolon sur le parking visiteurs obligatoire à l’entrée de Niolon (panneau). Départ de la rando. 

D’Aix : 40 mn, 42 km par Autoroute A51 direction Marseille, puis A7/E714 vers Fos, Martigues, aéroport, l’Estaque, puis A55 vers Martigues, Fos. Prendre la sortie 7 Marignane, Gignac-la-Nerthe, Le Rove. Faire le tour du rondpoint direction Ensuès-la-Redonne, Niolon. Au rondpoint du Rove, prendre à droite la D5 vers Ensuès-la Redonne et 3,5 km après, à gauche, la D 48 vers Niolon.

De Puyricard : 35 mn, 44 km.

De Marseille : 45 mn, 38 km.

LE COIN DES ‘’SAVANTURIERS’’ :

(La lecture nuit gravement à l’ignorance) 

La chaîne de l’Estaque et la Côte Bleue

Résultat de recherche d'images pour "La côte Bleue"   cid:image016.jpg@01D52064.40887200   cid:image019.jpg@01D52064.40887200

Cette chaîne calcaire, située à l’ouest de Marseille, est aussi appelée chaîne de la Nerthe (du provençal ‘’nerto’’ signifiant ‘’myrte’’, arbrisseau à fleurs blanches dont le massif est couvert). Elle sépare l’étang de Berre des rives de la Méditerranée.

La Côte Bleue désigne un territoire et un Parc Marin. S’étalant sur une trentaine de km, elle ferme la rade de la cité phocéenne à l’opposé du massif des Calanques. Adossée à la chaîne de l’Estaque, elle est une succession de petits ports lovés dans de minuscules et discrètes calanques, telles que Niolon, Méjean ou La Redonne. Le train de la Côte Bleue la sillonne avec des paysages magnifiques.

 

L’Estaque des peintres

cid:image020.jpg@01D52064.40887200    Résultat de recherche d'images pour "L'Estaque des peintres"

 

‘’L’Estaque et le golfe de Marseille’’ de Cézanne, ‘’Viaduc de L’Estaque’’ de Braque, ‘’L’Estaque, route tournante’’ de Derain.

 

Durant 60 ans, de 1860 à 1920, à la suite de Paul Cézanne, une dizaine de peintres de renom (Renoir, Derain, Braque, Dufy, Marquet, Othon, Friesz, Macke, Guigou, Monticelli) se sont enthousiasmés pour les sites de la chaîne et du village de l’Estaque. Ils étaient attirés par les contrastes de couleurs : bleu de la mer, vert des pins, blanc, ocre et rouge des calcaires et des sols, et les lignes des paysages : courbes des collines et arches des viaducs, rade de Marseille et, en toile de fond, Marseilleveyre. Trois grands courants de la peinture s’y sont succédé : impressionnisme, fauvisme et cubisme. L’œuvre de Braque, en particulier, illustre très bien l’évolution du fauvisme vers le cubisme.

 

A la découverte de Niolon, perle de la Côte Bleue…

Image associée   P1080690.JPG   Image associée     

Niolon est sur la commune du Rove, au beau milieu de la Côte Bleue. Niché au creux de la calanque, ce petit port est une fenêtre ouverte sur la Méditerranée. Avec les îles du Frioul, Marseille et la Bonne Mère en face, il offre un petit coin de paradis pour tous les calanquais, mais aussi pour les visiteurs de passage, séduits par l’intimité et l’authenticité du lieu. Cachée dans la chaîne de l’Estaque, la calanque de Niolon et sa voisine la calanque de la Vesse conjuguent un éventail de couleurs contrastées : bleu profond de la mer, bleu clair du ciel, blanc calcaire des massifs, vert soutenu des pins mais aussi de la garrigue des montagnes pelées de la Nerthe.

 

Le Fort de Niolon

Résultat de recherche d'images pour "fort de niolon"   Résultat de recherche d'images pour "le fort de Niolon"                                                                                                                         

Après la guerre de 1870 perdue contre les Prusses, le gouvernement français a voulu renforcer nos défenses côtières et s’est doté d’une commission chargée d’évaluer les nouveaux besoins du territoire en matière de fortification et remplacer les anciennes places fortes dépassées par l’évolution de l’artillerie. Plus de 160 forts ont été construits entre 1874 et 1885.

Le Fort de Niolon date de la fin des années 1880 sous la IIIe république et fut édifié par le système de Séré de Rivières, ingénieur militaire et général français, pour protéger la rade de Marseille.

En 1892, l’armement du Fort était constitué d’une dizaine de canons. Les allemands l’occupèrent dès la fin de l’année 1942 jusqu’à la libération de Marseille le 28 août 1944.

Le Ministère de la Défense qui en est propriétaire est en train d’aliéner (céder) nombre de ses propriétés partout en France dont le site du Fort Haut et Bas. Le centre UCPA de plongée sous-marine est sur l’emplacement d’une ancienne batterie.  

 

Le centre de plongée U C P A

Image associée    Image illustrative de l’article Plongée sous-marine

C’est un centre fédéral de la Fédération française d’études et de sports sous-marins. Il occupe un ancien fort militaire construit en 1860 et utilisé par les Allemands lors de la 2de guerre mondiale. Chaque année, des milliers de personnes viennent se former et se perfectionner à la plongée sous-marine dans ce cadre unique au-dessus du port.

En fonction du vent et de la houle, il existe sur ce site de nombreux spots exceptionnels entre 10 et 50 m de profondeur.

Quelques épaves de bateaux et d’avions jonchent les fonds marins, pour le plus grand bonheur des plongeurs…