cid:image012.gif@01D29040.85F183B0

 

Au sud de Saint-Maximin, entre Nans-les-Pins et Tourves, Rougiers est un charmant petit village entouré de vignes, de cultures vivrières (pois chiches notamment) et d’une superbe nature. Situé à 600 m d’altitude sur un éperon rocheux en bordure d’un plateau, l’ancien château de Rougiers ou castrum Saint-Jean offre une vue exceptionnelle de Ste-Victoire aux Bessillons, sur la Ste-Baume, le mont Aurélien et au loin les Alpes (table d’orientation). Accessible par une montée sous les yeuses et les pins sur un chemin rocailleux sans difficulté suivie d’une traversée sur un agréable plateau, c’est un lieu idéal pour une halte contemplative ou méditative.

IMG_20170309_153828   P1030948   Passage dans le vallon à l’est de Piégu.

  

Participation : 1 ticket.

Inscription obligatoire au plus tard la veille de la rando

et indication du RV choisi :  

  par MAIL : brigitte.cazeres@free.fr  

  ou par SMS : 06.20.53.01.69

 

 1er RV : 13h à Trets sur le parking du supermarché Casino bd de l’Europe (D6).

Covoiturage à organiser.

Trets – Rougiers : 23 km, 29 mn par D7n St-Maximin, D560 Route de Marseille et D83 vers Rougiers. 

 

 2e RV : 13h10 au Canet-de-Meyreuil sur le parking de l’Auberge Provençale (D7n route d’Aix). Se garer dans l’impasse après le restau.  

J’y serai pour organiser le covoiturage.

. Aix – Le Canet : 8 km, 10 mn par A8 Nice/Toulon, sortie 32 Trets Rousset Fuveau (péage 1 €). Au rond-point, à droite D7n vers Aix sur 50 m. L’Auberge Provençale est sur la droite.

. Le Canet – Rougiers : 40 km, 30 mn par A8 vers Nice sortie 34 St-Maximin-la-Ste-Baume. Suivre la direction St-Zacharie, Marseille et sur la D560, prendre à gauche la D83 vers Rougiers.

 

3e RV : 13h40 à Rougiers sur le parking devant le boulodrome, avenue de la Ferrage. Départ de la rando.

. D’Aix : 47 km, 40 mn par A8 vers Nice sortie 34 St-Maximin-la-Ste-Baume. Suivre la direction St-Zacharie, Marseille et sur la D560, prendre à gauche la D83 vers Rougiers.

De Puyricard : 55 km, 41 mn.

. De Marseille : 50 km, 50 mn par A50 vers Aubagne et A520 sortie Auriol. Direction St Zacharie et Rougiers par la D1. Au croisement avec la D83, tourner à droite dans Rougiers.

A St-Maximin, rejoindre la D560 Route de Marseille et prendre à gauche la D83 vers ROUGIERS. Traverser la D1 et entrer dans le village. A la place de l’Horloge (fontaine), tourner à gauche dans la rue de Brignoles. Passer devant la  Mairie, La Poste et l’Eglise, puis prendre à droite le chemin du Pays-Haut et encore à droite le bd de la Ferrage. Se garer devant le boulodrome. On peut y aller aussi par la rue Sainte-Anne et la rue Constantine.

Pour cette rando, entrez : Avenue de la Ferrage. Rougiers

LE COIN DES ‘’SAVANTURIERS’’ :

(La lecture nuit gravement à l’ignorance)    

Rougiers  

La place du Campanile.   http://www.la-provence-verte.net/decouvrir/villages/photos-villages/36/01.jpg   http://www.la-provence-verte.net/decouvrir/villages/photos-villages/36/05.jpg

   

Dans le village actuel, on remarquera la tour de l’horloge du 18e et son campanile ouvragé, une fontaine sur une place accueillante, ainsi que de belles façades de maisons dont une classée par les Beaux-Arts :

P1060568

Cette magnifique fenêtre à meneaux, de style renaissance (XVIe), est décorée de sculptures représentant des dauphins, des figures allégoriques, des feuillages d’acanthes et de vignes. Elle est soutenue par une corniche terminée à chaque extrémité par un petit Cupidon assis sur deux cartouches où sont gravés les mots ‘’passo’’ et ‘’lasso’’ (tout passe, tout lasse).

 

Castrum St-Jean (XIIe s.)

     

Dominant le village actuel construit au 17e s., les vestiges du castrum Saint-Jean (12e s.), avec ses 2 tours de garde et son donjon carré, se dressent à 600 m d’altitude, offrant une vue saisissante sur les environs.

Ici se trouvaient un château, demeure des seigneurs du Castellum Rothgerium (ou Rodgerium), une chapelle, une citerne, un silo, ainsi que tout un village de 29 maisons, juste en contrebas du mur d’enceinte, habité jusqu’au 14e s. Le seul point d’eau potable se situe au sud-est du castrum à la source de la Guillandière, à 1h de marche !

Intense activité artisanale (atelier de verriers…).

Les vestiges du vieux Rougiers luttent depuis des siècles contre la végétation envahissante et sont lentement restaurés par une association d’amis du château.

Ce site exceptionnel a été classé Monument Historique en 1967.

P1030938   http://www.la-provence-verte.net/activites/sites_naturels/rougiers_saintjean_p3_max.jpg   PXR DSCF8290

   

Devant les ruines du logis seigneurial se dresse la chapelle Saint-Jean de Solferino, de style roman. Elle fut édifiée en 1860 par les habitants du village pour célébrer le passage sur leurs terres de l’Empereur Napoléon III qui revenait vainqueur de Solférino en Italie : défaite de l’armée autrichienne devant les armées franco-sardes de Victor-Emmanuel II et de Napoléon III, face à l’empereur François-Joseph Ier d’Autriche, le 24 juin 1859. Ayant contribué à l’unité de l’Italie, la France reçoit en échange Nice et la Savoie.

A la pointe de l’éperon rocheux se dresse un immense oratoire de près de 3 m de haut érigé en 1683 par des frères dominicains et une statue de la Vierge à l’enfant qui veille à la protection des Rougiérois. Quelles belles vues à partir de la table d’orientation !   

Sur le chemin qui descend du château et à l’intérieur du village, on découvre un ensemble de grottes qui furent longtemps aménagées comme lieux d’habitation. L’une d’elles possède une énorme colonne de calcaire, elle semble soutenir la voûte alors qu’elle n’en est que l’enfant. Est-ce une stalactite ou une stalagmite ?

P1040056

Une stalactite (du grec stalaktos « qui coule goutte à goutte ») est une concrétion calcaire qui se forme à la voûte des grottes et souterrains. 

Si, par la chute de ces eaux, la concrétion se forme sur le sol, elle prend le nom de stalagmite.

Quelquefois, les unes et les autres se réunissent et forment des colonnes qui grossissent graduellement et finissent par combler les cavités qui les renferment. Elles se forment par cristallisation à l’air des sels dissous par l’eau dans la roche, à des vitesses très variables : de quelques cm par an à moins d’1mm par millénaire, selon le débit de l’eau, la vitesse d’évaporation ou la présence de bactéries.